130 Rue Castel Ronceray 

34070 Montpellier

Tél : 06 31 50 64 18

isenutrition@gmail.com

 

Mentions Légales

  • Blanc Twitter Icon
  • instagram-icon-good
  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon
  • White Pinterest Icon

Blog

YOGA ET DIETETIQUE 1.0 : Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien dans son assiette

March 6, 2019

 

L’intérêt du yoga dans la démarche diététique

 

Pour cet article, j’ai choisi de m’adresser à Lucille Avoine, professeur de yoga et de méditation.

 

 

Lucille, peux-tu te présenter en quelques mots ?

 

Bonjour aux lecteurs ! Tout d’abord, merci pour cette invitation, c’est un plaisir de collaborer avec une diététicienne aussi bienveillante et talentueuse.

Comme tu l’as dit, je suis professeur de yoga, que j’ai choisi d’enseigner pour transmettre la façon dont le yoga a, sans exagération aucune, changé ma vie, par exemple en m’aidant à me réconcilier avec mon corps, mais je suis aussi spécialiste en gestion des technologies de l’information et digital marketing et passionnée de voyages, avec un peu moins de 50 pays visités à mon actif et ayant habité sur 4 continents différents.

Et bien sûr, les réponses aux questions qui suivent sont le fruit de mon expérience et de mes connaissances personnelles. Si des experts en l’une ou l’autre de ces sujets lisent ces lignes et ont quelque chose à rectifier ou à apporter, je serai ravie d’échanger avec eux !

 

Je recommande souvent le yoga lors de mes consultations, le yoga est pour moi une pratique de choix au sein d’une prise en charge diététique. Le yoga a beaucoup de bénéfices autant physiques que mentaux.

 

Avant de se demander ce que sont les bénéfices du yoga, il serait intéressant de prendre le temps de définir ce qu’est le yoga – parce qu’il tourne tout un tas d’idées reçues à ce sujet.

Et le yoga, ce n’est pas seulement les postures, leur enchaînement et la respiration.

En réalité, c’est toute une méthode pour calmer et contrôler son corps et son esprit, ses émotions. Plus largement, ça peut même devenir un style de vie.

Du coup, évidemment, ça n’est pas grave si vous n’êtes pas capable de toucher vos pieds en vous penchant en avant ou si vous estimez n’être pas souple – ces aspects ne sont que des effets secondaires qui viennent avec une pratique régulière, et aucunement des objectifs ou des nécessités !

 

Pourrait-on dire que le yoga est pour tout le monde ?

 

Bien sûr que le yoga est pour tout le monde !

Peu importe votre âge, votre genre, votre métier, votre lieu de vie, votre morphologie, votre état de santé…

Si le yoga n’était qu’une affaire de souplesse, on appellerait ça stretching ou contorsionnisme.

Il y a des cours de yoga pour tous les niveaux, du débutant aux plus avancés, et en aucun cas il n’est nécessaire d’être déjà calme, d’être capable de toucher ses pieds en se penchant en avant et j’en passe – tout cela viendra avec la pratique.

J’invite tous les lecteurs à aller tester cette discipline pour donner une chance à tous leurs aprioris de disparaître, vous n’êtes pas à l’abri d’une belle surprise !

Que ce soit par curiosité, pour guérir quelque chose, pour se muscler ou autre, il y a des tas de raisons différentes d’essayer le yoga, et encore plus de continuer.

 

J’ai commencé à pratiquer le yoga à 19 ans avec ma mère, essentiellement à cause de nos problèmes de dos.

Cela m’a beaucoup aidé pour soulager mes douleurs, j’ai arrêté un moment, puis repris, car une ostéopathe me l’a recommandé.

Et toi Lucille, qu’est-ce que le yoga t’a apporté dans la vie ?

 

Il faut savoir que dans mon cas, je n’avais aucune attente en tête lorsque j’ai essayé le yoga pour la première fois.

J’étais à un festival à Bali nommé Bali Spirit Festival, auquel j’assistai principalement pour la danse et la musique, et en étant entourée de professionnels du yoga, il aurait été bien dommage de ne pas essayer.

Ça n’a pas manqué : je suis tombée la tête la première dans ce qui était comme un nouveau monde qui s’ouvrait à moi – ce qui tombait bien, comme j’étais dans la dynamique d’essayer autant de nouvelles choses que possible.

On vient au yoga pour la première fois en quête de quelque chose comme un objectif physique ou par simple curiosité d’essayer, et on tombe la première sur une pratique qui apporte bien plus que tout ce que l’on aurait pu imaginer.

Le yoga m’a été bénéfique sur tellement d’aspects différents...

La chose la plus importante, celle qui m’a donné profondément envie de l’enseigner pour le partager, c’est cette façon dont le yoga nous ramène à nous-même, à qui nous sommes vraiment, et nous ouvre les yeux sur ce que nous oublions parfois de voir tant nous sommes dur avec nous-mêmes.

Tous ces moments de « woooow je suis capable ! », « oh mon corps arrive vraiment à faire ça ?! » quand j’arrive à faire une posture que je croyais inaccessible ou que je constate des progrès, qui rappelle le potentiel incroyable qu’on a tous en nous, et aussi ces moments de gratitude énorme pour son corps : chaque respiration est un cadeau, une chance exceptionnelle qui pourrait s’arrêter d’une seconde à l’autre.

 

Grâce au yoga et à la méditation, qui sont finalement un tout, j’ai souvent beaucoup de mal à l’avouer mais ça peut en aider d’autres : j’ai réussi à dire adieu à mes pensées suicidaires, qui revenaient souvent, et à me séparer d’autres croyances limitantes par exemple.

En faisant du yoga et de la méditation, on apprend à être observateur de ce qui se passe dans notre corps et dans notre tête, et cette capacité est salvatrice quand on se trouve submergé par ses émotions.

On n’imagine pas à quel point !

Concrètement, ça revient à se dire « ok, j’ai cette émotion, je m’autorise à la vivre parce qu’elle a quelque chose à m’apprendre, mais je ne suis pas mes pensées ni mes émotions. Ça va passer. »

 

Au niveau physique, en plus de fondre un peu (sans m’en rendre compte), j’ai développé une certaine force et amélioré ma souplesse, évidemment, mais par exemple le yoga m’a aidé à dire adieu à mes problèmes de genoux.

On m’avait dit que j’aurais de l’arthrose aggravée avant 30 ans si je continuais à faire autant de sport, mais le yoga a fait disparaître toutes les douleurs et les risques.

 

Et puis je n’étais pas vraiment une personne sportive : j’ai fait 18 ans de danse et avant de démarrer le yoga, l’effort physique me semblait une vraie corvée nécessaire pour améliorer mes performances artistiques, et aujourd’hui je me sens presque infatigable, capable d’apprécier et d’enchaîner plusieurs cours de suite en salle de sport par exemple et je suis devenue la première à motiver tout le monde à s’y mettre aussi – si on avait dit à la petite fille que j’étais qui disait que « ce n’est pas moi qui suis nulle, c’est le sport » que ce changement se ferait, elle vous aurait ri au nez. 

Enfin, pour moi qui suis une éternelle curieuse, le yoga est une source d’apprentissage infinie qui me garantit de ne jamais m’ennuyer !

Le tout entouré d’une très belle communauté bienveillante – je ne dis pas qu’il n’y a pas d’exception, il y a des cons dans tous les domaines mais globalement, ce sont des gens chaleureux, ouverts d’esprit et d’une humanité incroyable qui se retrouvent dans de très belles valeurs pour partager des moments incroyables.

 

 

 

Quels sont les bénéfices physiques lors d’une pratique quotidienne ?

 

Tout d’abord, pour éprouver les bénéfices physiques du yoga, je commencerai par un avertissement : apprenez à faire la différence entre inconfort et douleur.

Vous pouvez accepter l’inconfort dans votre pratique du yoga, mais pas la douleur.

Apprenez à connaître et comprendre votre corps, vous êtes les seuls à savoir ce qui est bon pour votre propre corps dans le moment présent, car chacun est unique et quelque chose qui vous semblait facile hier peut être douloureux aujourd’hui et inversement.

Votre corps et votre intuition vous communiquent ce qui vous fait du bien et quand il faut sortir d’une posture ou ne pas y aller : écoutez-les, vous éviterez beaucoup de blessures et profiterez de tous les bienfaits de la pratique.

Et bien sûr, si vous avez un besoin en particulier, comme un genou fragile, un problème de dos, si vous êtes enceinte, … n’hésitez pas à le signaler votre professeur en début de séance (quitte à venir un peu plus tôt pour en discuter si vous ne souhaitez garder cela confidentiel), des modifications ou postures différentes vous seront proposées pendant la séance.

 

Quant à la fréquence de la pratique, bien entendu, plus vous pratiquez et plus les bénéfices se feront ressentir et il serait absurde d’espérer des résultats miracles en une seule séance.

Mais c’est également à vous de trouver votre rythme : en ce qui me concerne, au plus je pratique chaque jour, au mieux je me porte, mais si votre fréquence idéale est hebdomadaire ou plusieurs fois par semaine, écoutez-vous et faites comme bon vous semble.

D’ailleurs, s’il vous est compliqué de vous en tenir à une certaine régularité de pratique, ne tombez surtout pas dans les pièges de la honte et de la culpabilité : ce serait nocif pour votre pratique et vous ne voulez surtout pas arriver sur votre pratique de yoga avec comme idée en tête « je suis nul(le), je ne suis même pas capable de me tenir à mes objectifs / je ne pratique pas assez souvent », n’est-ce pas ?

Si vous constatez que ces émotions s’incrustent à la fête dans vos pensées, prenez du recul, laissez-les vous dire ce qu’elles ont à vous dire mais surtout laissez-les partir et ne vous y attachez pas.

 

Alors bien sûr, le yoga – dans la forme où on la trouve le plus souvent actuellement, c’est-à-dire le hatha, vinyasa et autres formes relativement dynamiques - aura pour bénéfice de muscler en profondeur et d’assouplir l’intégralité du corps.

Une pratique quotidienne d’un yoga type vinyasa ou power yoga peuvent résulter en un corps aminci et dessiné, sculpté.

Certaines postures font travailler la force dans les bras, toujours par le poids du corps, d’autres plutôt les jambes, certaines le corps entier…

Et comme se muscler et s’assouplir n’est jamais ce sur quoi on se concentre en faisant du yoga, l’effort se fait moins sentir même s’il est tout à fait présent et on se surprend parfois des résultats !

 

En règle générale, le yoga aide aussi à adopter une meilleure posture au quotidien, ce qui est logique quand on s’habitue à prendre conscience de ses mouvements et à apprendre à mieux se placer dans l’espace, à mieux coordonner son corps même dans des micro mouvements : on finit par se tenir plus droit et par adopter une posture plus ouverte.

Et les différents styles de yoga peuvent avoir chacun des effets très différents sur le corps : par exemple, le yin yoga intervient beaucoup sur le fascia, un réseau de tissu conjonctif très important dans le fonctionnement du corps, notamment pour le maintien de la mobilité.

 

Mais au-delà de ça, cette discipline permet aussi d’apprendre à mieux respirer et à utiliser des techniques de respiration adaptées selon les circonstances, de développer sa proprioception (notre GPS interne, en quelque sorte), d’augmenter sa résistance et son goût de l’effort physique, de réduire sa fatigue en général car cela apprend à mieux mobiliser et gérer son énergie – des effets très positifs que l’on se surprend à constater avec une pratique régulière !

 

Mais ce n’est pas tout : le yoga a aussi un effet thérapeutique.

Pour une blessure par exemple, on fera en sorte de renforcer les muscles des zones voisines pour aider le retour à la normale et éviter que la douleur ne revienne et que le souci ne se reproduise ou pire, s’intensifie.

De même pour les traumatismes physiques : le yoga a un fort potentiel d’apaisement et de guérison sur eux.

 

Le yoga est aussi capable de booster le système immunitaire, d’avoir un effet détox (d’autant plus vrai dans le cas du hot yoga), et cela vous rend par exemple moins susceptible aux rhumes et autres petits maux de l’hiver.

Certaines postures aident à calmer les maux de tête, à réguler la pression sanguine et les problèmes de circulation du sang, diminuer les troubles urinaires, l’asthme, les sciatiques et bien d’autres maux.  

 

Dans une optique féminine, la pratique quotidienne peut être adaptée pour estomper les effets inconfortables liés aux règles, que ce soit les dérégulations hormonales, les douleurs ou autre, ainsi que ceux de la ménopause.

Le yoga peut aussi accompagner les femmes pendant leur grossesse – mais je ne suis pas experte en yoga prénatal.

 

Enfin, comme nous sommes dans un échange sur le thème de l’intérêt du yoga dans la démarche diététique, n’oublions pas que le yoga optimise la digestion de tout un tas de manières différentes, que ce soit par la respiration ou par les postures.

Quoi qu’il en soit, les bénéfices des postures en elles-mêmes sont très souvent communs aux familles de postures (par exemple, les postures debout ou assises, les flexions avant ou arrières, les torsions, …) ce qui permet de s’y retrouver plus facilement même pour les néophytes.

 

Il existe également dans le yoga des kryas, c’est-à-dire des techniques de purification, qui ont un effet notoire sur le physique et qui mériteraient un article à elles-seules tellement elles sont nombreuses, variées, et riches en effets purifiants.

 

Et bien sûr, le yoga permettant d’apprendre à écouter son corps, à faire chaque mouvement et chaque respiration en conscience, on est plus à l’écoute de son corps donc on le respecte plus et on le soigne plus, ce qui entraîne une spirale bénéfique.

 

Effectivement, lors de mes consultations je prescris tout le temps la pratique sportive quotidienne. Elle permet un meilleur sommeil, une meilleure gestion du stress, un bon transit, a des effets protecteurs face aux maladies diverses et permet le maintien d’un poids stable et sain.

Mais n’oublions pas que le yoga n’est pas seulement une activité physique, ses effets bénéfiques sur notre santé mentale sont reconnus mais souvent imprécis.

 

Pourquoi le yoga permet-il d’être bien dans sa tête ?

 

Par définition, le yoga est la discipline qui permet de calmer l’esprit et de contrôler ses changements.

Être bien dans sa tête semble donc l’un des objectifs principaux.

Dans une séquence de yoga, quand une posture est maintenue, les premières respirations sont faites pour mettre en place, corriger ou approfondir la posture, puis les suivantes servent à entrer dans un état méditatif.

C’est aussi pour cela qu’on dit que la posture démarre vraiment au moment où on a envie d’en sortir.

De plus, le yoga comme j’aime le pratiquer, en plus d’être très physique, inclus un moment de méditation guidée en début et en fin de séance, souvent orientée autour d’une idée philosophique, spirituelle ou de développement personnel.

Et cette idée sera rappelée pendant la séquence.

Combinée à l’effort physique, à la respiration et le tout en étant pleinement présent, c’est très efficace.

Par exemple, un des meilleurs cours de yoga auquel j’ai eu l’occasion d’assister était construit autour de l’idée que « freedom is what you do with what’s been done to you » (la liberté c’est ce que l’on fait de ce qui nous a été fait).

 

Il faut aussi savoir que les différentes familles de postures ont chacune des intérêts émotionnels importants.

Les inversions permettent de changer de perspective, les flexions avant encouragent l’introspection et le calme, celles vers l’arrière sont énergisantes, joyeuses et permettent d’ouvrir son cœur, les ouvertures de hanches ont un impact sur le soulagement émotionnel, etc.

 

Ensuite je dirais que c’est l’intention qu’on y met qui va définir le bien fait mental que la pratique va apporter.

Par exemple, si vous décidez de pratiquer avec l’intention de trouver la paix ou de travailler sur vos peurs, c’est ce qui arrivera.

Et une intention ne peut venir que de ce que vous voulez vraiment, profondément, consciemment ou non.

Mais quoi qu’il arrive, le yoga mènera à développer une force mentale, une confiance en soi et une conscience très fortes.

Beaucoup d’entre nous ont aussi tendance à se concentrer sur nos faiblesses, à ne pas se trouver assez bien et toute la panoplie.

Le yoga a le bénéfice non négligeable de nous rappeler notre potentiel qui est en réalité illimité, de nous faire découvrir de quoi on est capable.

Il y a une citation d’Elizabeth Gilbert dans son livre Big Magic que j’aime beaucoup utiliser en début de séance : « l’univers enfouie de curieux trésors au plus profond de nous tous et recule pour voir si nous pouvons les trouver ».

Le yoga est une très belle façon de le faire, justement !

 

Un autre grand mal de notre société, c’est cette addiction à la comparaison que nous avons.

On ne peut pas s’en empêcher !

Et les cours de yoga aident de deux façons : en nous rappelant que c’est notre pratique, et qu’il ne faut se comparer ni aux autres ni à nos pratiques précédentes.

C’est notre expérience du moment présent et il faut respecter nos capacités du moment présent, se détacher du résultat et se plonger dans le cheminement, l’apprécier vraiment.

Si l’on s’attache aux résultats, alors on a une image et un amour de nous-même conditionnels et donc faux.

La deuxième leçon, c’est qu’il ne sert à rien de se comparer parce que chacun a des capacités différentes, chacun a ses propres forces et ce que vous-même pouvez penser comme n’étant pas assez bien peut très faire l’objet de l’admiration de quelqu’un d’autre.

 

Une bonne pratique du yoga encouragera également l’écoute de soi : apprendre à respecter ses besoins, son corps, là où en est au moment présent mais aussi ce qu’il se passe dans sa tête et dans son cœur.

Et bien sûr cette écoute permet d’apprendre à mieux se connaître soi-même, ultimement.

Mieux se connaître, mieux se respecter, mieux se comprendre, mieux s’aimer aussi et mieux faire preuve de compassion envers soi-même pour trouver le juste milieu entre le souhait de toujours se challenger et le besoin de se reposer ou de s’arrêter, par exemple.

Tout cela passe par le fait de se placer en observateur de ses mouvements, de ses pensées, de soi-même, dans la compassion, sans se juger : c’est une vraie clé pour grandir en tant qu’humain, à tout âge !

 

Développer de la compassion et de l’amour pour soi-même peut paraître ridicule dans nos sociétés occidentales.

On a même tendance à assimiler le fait de s’aimer soi-même à celui de se sentir supérieur aux autres, mais il n’en est rien, bien au contraire, parce qu’il s’agit aussi de s’aimer avec ses propres faiblesses, ses propres défauts, son histoire et toutes ces choses que l’on aurait préféré parfois ne pas connaître.

Mais le yoga aide à faire la paix avec tout ça, si on le souhaite.

 

Enfin, plus on prend soin de soi par la pratique physique, plus on a envie de prendre soin de soi à tous les niveaux, dont l’alimentation par exemple.

Et cet ensemble de petites démarches va inévitablement mener à mieux se sentir dans son corps, dans sa tête et dans son assiette !

 

Merci Lucille pour ses jolies mots et cette inspirante explication sur le yoga. 

Cet article n'est qu'un début d'une belle série sur le yoga et son intérêt dans la démarche diététique.

Si vous avez envie d'en lire plus sur les aventures de Lucille, n'hésitez pas à visiter son blog: lucilleavoine.com

 

Si vous avez besoin de conseils en diététique ou d'une consultation, vous pouvez me contacter au 06 31 50 64 18 ou à isenutrition@gmail.com. 

Vous pouvez aussi directement prendre un rendez-vous sur Montpellier ou en ligne.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

Apprendre à s'écouter en passant par les hormones féminines!

November 7, 2019

1/10
Please reload

Archive
Please reload

Follow Me
  • Grey LinkedIn Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Pinterest Icon